Boris Gibé

Boris Gibé

Boris Gibé, danseur et homme de cirque, fonde la compagnie Les Choses de Rien en 2004. 

Immergé dès son plus jeune âge dans le monde du cirque et de l’itinérance, Boris connaît ses premières expériences professionnelles à l’âge de douze ans. Cofondateur de la Cie Zampanos en 1996, il tourne quatre créations qui sillonnent les villages de France et 14 pays d’Afrique en 2003. Un pied dans le cirque en chapiteau, un pied dans la danse belge, ses rencontres avec d’autres compagnies le mènent à jouer avec le Cirque Médrano, la Cie Cahin Caha, la Cie DCA – Philippe Decouflé, Clowns sans Frontières, Néry, les Ogres de Barback, le Cirque Electrique, le Cirque Pocheros, la Cie La Zouze – Christophe Haleb, la Cie Les Cambrioleurs – Julie Bérès, la Cie Ki Productions – Kitsou Dubois, ainsi que les collectifs Tupperware, Ai Migranti et Le Caravansérail.

Il développe à partir de ses scénographies un langage artistique original où danse acrobatique, exploration aérienne, théâtre physique, nouvelles technologies se mêlent, poussant le corps à l’extrême dans une poésie a l’état brute. Ses créations se jouent d’univers mentaux questionnant avec humour l’existentiel, le destin, l’enfermement, la perte de repère, la perception de la réalité et sa part de subjectivité.

Il créé la performance Installation tripode (2005), le Chapiteau-Phare et le spectacle Le Phare (2006) pour lequel il reçoit les prix « Jeunes Talents Cirque 2004 » et «  Auteur de Cirque » (Beaumarchais-SACD), puis il conçoit pour l’extérieur Bull (2008) et pour la salle Les Fuyantes (2011) mis en scène par Camille Boitel. Il co-créé en 2014 avec Florent Hamon, la pièce Bienheureux sont ceux qui rêvent debout sans marcher sur leurs vies ainsi que l’exposition Mouvinsitu qui y est associée. Il créé en 2017 L’absolu sous un chapiteau en forme de Silo qu’il conçoit et fabrique pour l’occasion. En 2018 il co-conçoit et construit avec ses complices l’architecture itinérante Il Kiosko et en 2021 un théâtre anatomique associé à la création 2022-2023 d’Anatomie du désir. en 2019,  il investit en famille avec Clara Gay-Bellile l’ancien moulin des Fratellini à Noailles (60) pour y co-fonder La Fabrique des possibles, lieu de vie, de recherche, de construction, de transmission et de création.